AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Dancing in the stars • Cyanwir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Dancing in the stars • Cyanwir Lun 13 Fév - 22:12
avatar
Partisant Galra
Partisant Galra
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 10
Date d'inscription : 13/02/2017

Lyssa Forström Cyanwir


23 ans ❖ Partisante Galra ❖ Humaine ❖ Azura - Fire Emblem (modifiée)


C'est le bordel dans ta tête?
On va dire que oui, histoire de partir du bon pied.


Je pense, donc, je suis. Il est certain que cette simple phrase saurait me sied tel le plus simple appareil. Mes réflexions me perdent parfois dans leurs torrents mais je ne suis jamais très longtemps hors de portée de mes très chers alliés.

Je suis une danseuse pour le compte d’un commandant de l’Empire Galra. Rien ne me fait plus plaisir que d’observer quelques danses afin de le divertir ou d’offrir à ses invités quelques enchaînements de mouvements dont moi seule possède le secret, les arcanes. Voici plus de dix ans que je vis ainsi – j’admets avoir arrêté de compter les jours de ce que certains voit à tort comme une captivité depuis que j’y suis pleinement respectée. Cette situation me plaît, me convient. Je ne me suis jamais sentie aussi en sécurité et en harmonie avec moi-même ailleurs qu’ici, au sein du vaisseau e celui que j’appelle ‘père’, quand bien même je sais que nous ne partageons guère le même sang. Ce constat est un cinglant regret, pour moi. Oh oui, j’aurais tant voulu pouvoir goûter au privilège d’être sa fille biologique… Mais puisque ceci me fut refusé, je me contente de jouir de sa présence rassurante et amène, qui me rassure et me confine dans une bulle de bien-être.

Je suis convaincue que l’Empire Galra est une bonne chose pour l’univers. Père m’a parfois parlé de leurs plans sur le court et le long terme et je dois dire que cette unification des peuplades de tous horizons résonne en moi comme dans un rêve. Que toutes les planètes et les ethnies soient enfin unies sous une même bannière… N’est-ce pas là une chose extraordinaire ? Oh, je sais que certains ne partage guère cette vision. Je n’en ai que faire, ce sont là je le sais des esprits grégaires et incapable de voir au-delà de quelques explosions. Une union jamais ne se déroule sans accroc, ce n’est qu’un pas de plus vers une sérénité durement gagnée et qui doit être chérie, peu importe les obstacles à affronter pour cela. Les Galra vaincront, domineront, pacifieront, uniront. Ils sont les dieux et maîtres de l’univers actuel et je suis certaine que nul ne saura leur faire d’ombre.

Oh, bien sûr, il y a ce « Voltron » dont beaucoup parle. Je n’y accorde aucun crédit. Ces terroristes ne sont ni plus ni moins que des pseudos paladins avides de reconnaissances mal placée et avide d’ovations non méritée. Moi ? Tranchante ? Peut-être. Je sais être douce avec mes aimés et d’une cinglante répartie envers ceux pour qui je ne nourris que de sombres sentiments. Quoi qu’il en soit, je n’ai qu’une hâte, pouvoir danser sur les braises encore tièdes de la carcasse de ce Voltron ; ainsi notre victoire sera célébrée. Ce n’est qu’une question de temps ; l’Empire sait parfaitement comment corriger les dissidents. Me concernant, il n’y a, au fond, que les faits et gestes de mon père qui me concernent réellement. Je ne me sens guère spécialement attachée à une autre flotte que la sienne…




T'es passé par quoi avant?
Attends, on prend les pop-corns galactiques!

Je ne me souviens que de peu de choses en rapport avec mon enfance, ma vie avant la protection de mon actuel Père. J’avoue ne jamais avoir fait particulièrement d’efforts pour graver en mon interne ces souvenirs répugnants. Veuillez me pardonner si je commets quelques ellipses ; il m’arrivera sans doute, au court de mon récit, d’omettre quelques détails dont je n’ai aucune envie de voir l’évocation se faire ici-bas.

***

« C’est quoi ce truc ? T’es sûr que ça vient de cette planète ? »
« Bah oui, c’est ce que le prélèvement à capté. Surement une forme de vie basique. »
« Emmenons-là quand même, on ne sait jamais, on pourrait peut-être en faire quelque chose. »


Je me souviens des larmes dévalant mes joues de petites filles, bien que j’en aie gommé l’origine. Je me souviens du bruit assourdissant d’un moteur lancé à toute vitesse dans le flot spatial. Je me souviens de la peur qui me noue l’estomac. Et ces choses, ces choses hideuses trop étranges pour être foncièrement gentilles. J’avais raison de me méfier dès le départ. Bien vite, la douleur s’est invitée contre mes flancs, mon corps tout entier, ma peau alors d’enfant.

Je tairais les plus sombres explications mais sachez qu’ils firent de moi leur marionnette. Qui qu’ils puissent être – j’ai oublié leurs noms et ne tient pas à m’en souvenir -, leurs exactions resteront à jamais figées à l’intérieur de moi. Je me rappelle parfaitement la douleur, la sensation de me déchirer de l’intérieur, l’acide du sang de l’un des leurs qui s’amusent à me brûler la peau, stigmatisant mon derme encore aujourd’hui capable de démontrer que son bouclier fut plus qu’érafler. Je me souviens de la faim qui tiraille les entrailles, de la soif qui assèche une gorge qu’ils refusaient d’abreuver. Quoi que puissent avoir été leurs desseins, ils manquèrent de peu de me tuer. Que l’Empereur Zarkon puisse un jour les lâcher dans l’une de ses arènes, si ce n’est guère déjà fait. Leurs simples morts me ferait bien trop de peine… Ce ne serait pas assez cher payé pour tout ce qu’ils m’ont fait, pour que ma vengeance soit complétée.

***

« Arh ! Nous n’avons rien à offrir à ce commandant Galra… Je t’avais bien dit de ne pas jeter ces denrées-là ! »
« Nous n’avons vraiment rien à lui refiler ? »
« Euh… Ah, attends, l’espèce de petit ver, peut-être ? »


Je me souviens de ce jour-là. Ils étaient venus me chercher, me traînant dans leurs sillages plus qu’ils ne m’escortaient, à vrai dire. Mon corps n’était plus le même que lorsqu’ils m’avaient ‘prélevé’. Je n’étais plus une enfant désormais ; plus vraiment. Je devais avoir dans les douze ans.

Ils me jetèrent dans une pièce avant de m’y abandonner, m’ordonnant plus que m’enjoignant à rester calme. J’ai observé autour de moi. L’endroit ressemblait à s’y méprendre à une sorte de chambre ; tout du moins, autant que je me souvenais de ces choses-là.
Mon observation n’aurait su durer plus d’une poignée d’instants, cependant. Un grondement surgissant dans mon dos me fit me figer sur place, reprenant alors la peau de proie que j’avais été jusqu’alors.

J’appris plus tard qu’il s’agissait d’un puonker, sorte de gros félin aux crocs suintants le poison corrosif. Sur le moment, j’ai simplement eut le réflexe d’aller me cacher dans une interstice entre un meuble et un mur solide, au creux de laquelle il ne pouvait m’atteindre – bien que cela ne l’empêcha nullement d’essayer. J’ai hurlé à plein poumons, comme si cela pouvait avoir eu un quelconque effet, le faire fuir. Au contraire, il me semblait que mes cris ne faisait que nourrir sa bestialité.

Ses griffes presque sur moi, j’ai fermé mes yeux si fort que j’en ai eu mal. J’ai perçu une sorte d’aboiement mécontent puis un choc proche de moi – sans pour autant en être directement affecté. Lorsque j’ai rouvert les paupières, l’animal n’était plus devant moi.

« Qui a laissé cette maudite bête entrer dans mes quartiers ? J’avais ordonné de boucler les fenêtres à particules ! »

Une voix, puissante et imposante, s’invita dans la mêlée. Je n’ai pas immédiatement compris les tenants et les aboutissants que tout cela, de tout ce que ça signifiait. Rapidement, mon regard croisa une œillade jaunâtre qui s’était incrustée à l’entrée de ma cachette de fortune. J’ai crié, encore, morte de peur alors. Mais l’inconnu ne parut guère impressionné, bien au contraire. Il se mit à me parler. C’était quelque chose de trop étrange, pour moi.

« Sors. Cette bête ne peut plus te faire de mal. »

Je n’ai pas obtempéré, trop perturbé et apeuré par des paroles qui pourraient ressembler au mie mais n’en avoir en aucun cas la substance. Je l’ai laissé déblatérer d’autres paroles que je ne saurais plus resituer aujourd’hui.

« Je te laisse ceci, si jamais tu as faim. »

Il plaça à l’entrée de mon repaire dérobé ce qui s’apparentait à un fruit étrange, à la couleur et à l’aspect qui n’appelait en rien à la consommation. Et pourtant… Sur le moment, une fois la peur passée, j’eus si faim que j’ai jeté au diable les apriori que j’avais alors. M’emparant de l’étrangeté, j’y croquais à pleines dents … et me surprit à m’en ravir autant que possible. Son goût et sa texture apparaissait comme une plume d’ange sur mon palais et ma langue abimée.

Je ne saurais dire combien de temps s’était écoulé depuis le moment où mon singulier bienfaiteur avait déposé ce fruit pour moi, mais en décidant de sortir de ma cachette, je le trouvai assis, là, dans ce que j’identifiai comme un fauteuil. Il semblait consulter un écran avec une grande attention. Je me suis approchée de lui, la curiosité comme un moteur.
En me voyant arrivé près de lui, il n’a ni rit, ni fuit ni même cherché à me faire du mal. Au contraire. Il a posé une main épaisse sur mon crâne et me parla, encore. Sa voix me rassurait.

« Comment t’appelles-tu ? »
J’ai ouvert la bouche, pourtant, mais rien n’en sorti.
« Je ne sais plus. »
« Vraiment ? »
« Oui. »


Nous restâmes à parler quelques longues minutes avant qu’il ne me propose ce que je n’aurais jamais osé pouvoir imaginé même en rêve.

« Resterais-tu avec moi, si je te le demandais ? »

Je n’ai pas hésité un instant. Pour moi, dire non, c’était fatalement retourner à ma geôle d’avant, avec mes anciens ‘amis’. Jamais de la vie je n’aurai accepté de revenir en arrière. Mes vœux prononcés, je souhaitais également faire savoir que je souhaitais remboursé ma dette.

« Comment puis-je vous remercier ? »
« Tout dépend. Que sais-tu faire, exactement ? »


Je n’ai pas su lui répondre immédiatement. Il me laissa le temps de la réflexion. Cette-nuit-là, je dormis avec lui. Il me promis de trouver un endroit pour moi, une chambre, également. C’était si nouveau que je me laissais aller à nouveau au confort d’un lieu de repos autre qu’une cage.

***

« J’ai trouvé, tu danseras pour moi et mes invités, si cela te convient. »

C’est tout à fait par hasard qu’il me surprit enchaîner mes premiers pas de danses, alors que j’étendais le linge afin de me rendre aussi utile que possible. Bien que surprise par cette requête, j’ai accepté et n’ai eu de cesse de perfectionner mes techniques, jour après jour, afin de plaire toujours plus à cet extra-terrestre que j’idéalisais de jour en jour comme un père, un salvateur.

Un jour, mon chemin croisa celui d’un change-forme, ces êtres mystérieux. Il était blessé. Oh, bien sûr, il me fallut batailler pour que mon très cher père accepter de le garder avec nous, mais il demeura à mes côtés suffisamment longtemps pour que je me mette à le considérer comme un frère. J’étais si heureuse, si heureuse…

Et puis, Voltron est arrivé.

Mon frère était sur un vaisseau en action lorsqu’il fut attaqué par l’immense robot stellaire. J’ai été témoin de l’explosion à travers la vitre du navire de mon père. Mes larmes ne le firent pas revenir, pas plus que mes cris ou ma douleur suintante. J’avais l’impression que l’on m’avait brusquement arraché une partie de moi. Ces terroristes paieront cher cette humiliation qu’ils me firent endurer. Cette peine, cette souffrance, je le leur rendrais ! Depuis ce jour, je suis d’autant plus convaincue par la légitimité des Galra. Rien ne saurait m’en faire douter. Les années ont passés, les druides m’ont guérit sur demande de mon père de mes premières blessures et je suis d’autant plus prête à combattre pour la liberté.

La nôtre.
Celle de l’univers tout entier.




Keith 2.0 (et avec un vag-ok maggle)


© Halloween de Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dancing in the stars • Cyanwir Mar 14 Fév - 13:10
avatar
Voix stellaire
Voir le profil de l'utilisateur http://voltron-spaceshire.forumactif.org
Messages : 53
Date d'inscription : 12/05/2016


VALIDATION OVERLOAD!




Bienvenu(e)!


nyancat SUPEEEER TE VOILA MEMBRE DE LA FAMILLE VOLTRON : SPACE SHIRE! nyancat
Tu as passé le test haut la mimine et du coup... Te voilà coloré!
Tu peux désormais aller réserver ton avatar, te faire des ami(e)s ... ou pas! & tout le toutim! Amuses-toi bien parmi nous dans les étoiles! ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Dancing in the stars • Cyanwir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Revue] BIONICLE : 7116 Tahu STARS (vidéo)
» [Vidéo] Bionicle 7137 Piraka Stars
» Etude joueur : chévres ou stars ??
» [Review] BIONICLE 7117 : Gresh Stars.
» [Review] BIONICLE 7136 : Skrall STARS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voltron : Legendary Defender :: L'enregistrement :: Papiers d'identité :: Dossiers acceptés-
Sauter vers: